leonardo_V6.lwc
Intranet
Info Pratiques
Livre d'Or
Cartes postales
Partenaires
Accueil
actualités n
Association
Coulisses
Dossiers
Presse
Spectacles
Coloriages
Oeuvres picturales de Léonard
Leonard de Vinci, la Science et la Technique
La Vie de Leonard de Vinci
Francois 1er
Cinquecento
Quattrocento
Trecento
La Renaissance
Chateau d'Ecouen, Musée National de la Renaissance
Les Instruments de musique
Instruments à percussion
Instruments à clavier
Instruments à corde
Instruments à vent
page intoduction
Anne de MCY
Diane de Poitiers
Mentions légales
contact
plan du site
Intranet
Info Pratiques
Livre d'Or
Cartes postales
Partenaires

Des foyers de Renaissance importants sont les zones en contact avec les autres civilisations, notamment musulmane : Sicile, Espagne. Ces zones de contact          existaient en réalité depuis plusieurs siècles : l’Andalousie (royaume de Séville) depuis l’an mil, la Sicile depuis le XIIe siècle (Palerme). L’Italie commença ainsi à importer les sciences et techniques islamiques dans les domaines de l’algèbre, de l’astronomie, de la médecine, de l’alchimie, de la géographie.


Un grand nombre de " découvertes » faites pendant la Renaissance, et jusqu’aux Lumières, proviennent en réalité du savoir transmis par les musulmans depuis la Grèce, l’Inde, Babylone.


Beaucoup de mots de la langue française attestent de cette influence : algèbre, algorithme (Al-Khuwarizmi), alchimie...


Les pays arabes possédaient en effet une avance très importante sur l’Europe dans ces domaines. Les échanges avec l’Extrême-Orient, déjà commencés avec la route de la soie, s’intensifient par voie de terre à la suite du voyage de Marco Polo.


Extension Géographique

  

          Rappel à propos des périodes historiques :


En Italie, il est d’usage d’appeler les siècles de la Renaissance par le vocable "n"-cento, où "n" désigne le chiffre du siècle : Ainsi, les années de 1300 à 1399, c’est le " Trecento " en Italie, alors qu’en France on désigne cette période par " XIVe siècle ", quatorzième siècle.

A cette époque, l’Église catholique s’implique de plus en plus dans le pouvoir politique, en Italie mais aussi en Angleterre ou en Espagne au travers de la souveraineté de ses États vassaux. Pendant cette période, les Papes deviennent chefs de guerre. Rome, avec l’extension des États pontificaux, a une grande influence sur l’Italie, visible sur la carte d’Europe au sortir du XIIIe siècle. Face à Florence, elle règne sur la Toscane toute proche.


Florence


En Toscane, le début du siècle voit la fin du conflit entre gibelins (qui soutiennent le Saint Empire romain germanique) et les factions florentines rivales des guelfes blancs et noirs qui soutienent la papauté, conflit qui se traduisait par de nombreux assassinats dans les rues.


Les Médicis ont probablement émigré à Florence au cours du XIIIe siècle. Ainsi, parmi les tout premiers Médicis dont il est possible de relever des traces, il apparaît que certains s’adonnent au change et à la banque. C’est le cas de Chiarissimo de Medici établi à Florence en 1201, leur plus vieil ancêtre connu.


Le fondateur de la puissance financière dès la première branche des Médicis qui influencera l’histoire florentine et Toscane est Giovanni (Jean) di Bicci qui fonde la banque des Médicis en 1397. Cette banque célèbre, fut l’une des plus importantes d’Europe à son époque. Giovanni diversifie aussi ses activités en faisant l’acquisition de deux ateliers de laine à Florence, alors l’industrie dominante dans cette ville. Le capital qu’il retirera de ses activités bancaires qui s’étendent partout en Italie et même au-delà, permettra à ses successeurs d’asseoir leur influence politique. Il faut noter que la croissance de la Banque sous Giovanni est impressionnante ce qui lui permettra de passer du rang de citoyen mineur à celui de second citoyen le plus riche de la République.


Florence, cité à l’origine pas plus importante que ses voisines, émerge de sa région d’assise, la Toscane, à compter de ce siècle : à son apogée, la cité s’y taillera un Grand Duché.


La bataille régionale de Montaperti illustre cette influence : la cité-État de Sienne perd face à Florence, et devient assujettie ; son art et son architecture n’évolueront plus, au profit de la cité au Lys Rouge.


Venise, Gênes et Pise

L'Europe au sortir du 13 ème siècle

Le siège de Constantinople peint en 1499

Parmi les Repubblicca Marinara telles que ses rivales Gênes et Pise, qui toutes tirèrent profit de l’époque des croisades en devenant les ports de transmission au départ des contingents successifs en Terre Sainte, Venise saura évoluer avec le plus de succès.




La famille de Marco Polo, vénitienne, revient au début du siècle d’un voyage fabuleux dans le lointain Orient, ce qui marque une influence importante sur le négoce de la ville : la Route de la soie est ouverte ! Jusque la chute de Constantinople, l’empire byzantin allié des vénitiens représente le gardien armé de cette porte ouverte vers l’Orient. Venise en est son marchand : intermédiaire sur la vente des épices et diverses denrées prisées dans les cours d’Europe, elle s’enrichit, et en est culturellement influencée : les allures byzantines et orientales de la place Saint-Marc tranchent notablement avec les dômes qui se multiplient à Rome et Florence.


En 1381, Gênes, perdant la guerre, cesse d’être une cité en compétition avec Venise sur les routes commerciales.


Pise sera dominée par Florence au Quattrocento suivant.


Par conséquent, la République de Venise devient l’unique puissance maritime face à l’empire ottoman concernant le contrôle de la Méditerranée orientale.

Naples


Naples, consituée en Royaume de Naples avec le sud de l’Italie et la Sicile, n’est pas une puissance influente dans cette fin du Moyen Âge. Il deviendra un état vassal, puisque conquis en 1442 pendant la période de suprématie de la couronne d’Aragon sur la Méditerranée occidentale. Cet ensemble s’étant placé, de plus, sous l’obédience du Pape, Naples figure également parmi les États vassaux de la papauté. C’est dire si elle constitue plus un enjeu qu’un acteur dans les évènements qui suivront.

Milan


Au duché de Milan règnent les Visconti ; la Lombardie est partagée entre Milan et Venise.


La guerre : une affaire de mercenaires


Pour mener leurs campagnes de guerre, les cités d’Italie font appel à des troupes de mercenaires issus de nations étrangères, qui sont contemporaines des Grandes compagnies guerroyant en France : les Condottières.

Littérature


Pétrarque (1304-1374), d’origine toscane, passe pour être l’un des pères de la Renaissance avec Dante au siècle précédent.


C’est un érudit qui maîtrise les langues latine et grecque. Il voyage dans toute l’Europe, séjourne en Avignon et dans le nord de l’Italie à la fin de sa vie.

Architecture


L’un des plus beaux exemples d’architecture du XIVe siècle est le Palais des Papes d’Avignon, qui reste toutefois dans le style gothique.

Peinture


La peinture connaît un renouveau depuis l’Italie, grâce à des peintres comme Duccio, Simone Martini, Matteo Giovanetti, élève de Martini qui peignit les fresques du Palais des Papes d’Avignon, et Giotto.


Source : Wikipedia, Trecento

  

Association Autour de Leonardo - 75, rue de la Barre - 95170 DEUIL LA BARRE - 0 953 835 008

SOUS-RUBRIQUES