leonardo_V6.lwc
Intranet
Info Pratiques
Livre d'Or
Cartes postales
Partenaires
Accueil
actualités n
Association
Coulisses
Dossiers
Presse
Spectacles
Réalisatuon des décors
Collection poupées Renaissance
L'envers du décor
Les Pros de la Promo
Cette Pimbêche de Nacelle
Confession d'un nacelliste heureux
La naissance d'une vocation
Vivre avec une nacelle
Bezons besognant
Derniers préparatifs avant montage
Mentions légales
contact
plan du site
Intranet
Info Pratiques
Livre d'Or
Cartes postales
Partenaires

J’arrive chez les gardiens : « Alors çà y est… c’est reparti ? » En fait ce qu’ils ne savent pas, c’est que c’est reparti depuis le mois de septembre !


Arrivée au garage je croise les copains qui chargent l’équipement Son, Patrick, Régis, Bart, Michel et un de ses copains dont je ne connais pas le prénom. C’est fragile et c’est lourd le Son !


Puis, j’arrive au moulin, là ce sont les copines « Son » qui s’affèrent ! Elles m’accueillent d’un « le rouge dans l’rouge et le bleu dans l’bleu ». Elles sont aussi couturières la semaine et sont arrivées au moins une demie heure avant moi.



  

  

Je continue mon chemin. Le camion distribue les enceintes à leurs places, je croise Bruno et Christine qui préparent la restauration.


Tout est calme, tout est organisé ! Chacun sait ce qu’il doit faire comme un mécanisme d’horlogerie bien huilé.


J’arrive à la ville. Là, je croise Michel dit « la binette d’or » car il creuse sans se lasser des tranchées pour les câbles du Son, tout seul dans son coin. Je regarde l’église qui est enfin terminée. Elle en a donné du fil à retordre… à tous… Je l’ai baptisée « Notre Dame des courants d’air » car, comme le toit n’est pas fermé, le vent s’engouffre dedans et nous oblige à coincer les portes avec un parpaing. Mais c’est grâce à ce toit ouvert qu’à cette heure de la matinée, le soleil peut illuminer la rosace…


Bon, fini de rêvasser, il faut sortir les accessoires dont les figurants se serviront pour faire vivre ce village. Au fur et à mesure des années, ils ont apporté leur touche personnelle. L’une est passée chez le boulanger pour le débarrasser de quelques miches de pain plus très frais afin d’agrémenter son échoppe roulante. L’autre a imaginé un système pour piquer les fleurs et ainsi installer sa carriole plus facilement. Une autre encore a commandé de fausses saucisses pour l’échoppe du boucher. La marchande de tissus est arrivée avec une valise pleine de tissus chatoyants et de masques de carnaval qu’elle a elle-même confectionnés durant ces derniers mois. La rôtisseuse a apporté un chou et des poireaux pour agrémenter ses poulets à la broche. Tout le monde met la main à la pâte.


Tiens, voilà Sylvie ! Nous finissons de sortir les accessoires pour la Cour et ceux du couronnement et la table de Louise ainsi que le dais des moines tout beau, tout nouveau !


Sylvie a fait les brocantes comme tous les ans et a apporté quelques objets pour agrémenter l’atelier de Léonard. C’est la scène préférée de Sylvie, allez savoir pourquoi. Alors nous partons installer Léonard. St Jean Baptiste, la belle Ferronnière et Léonard lui-même sortent du placard et sont installés sur les chevalets revus pas Max. Nappe, écritoire, parchemins… tout est mis en place ! Vient le tour de l’estrade du tournoi…. ! Bruno nous a rejointes car Bertrand, Huguette et Claudine cette année, nous ont confectionné un dais pour protéger ces gentes dames et seigneurs du soleil… Nous ne l’avons jamais monté… ! Cà ressemble à une usine à gaz… Il est tard, aurons-nous le temps de le monter ? Finalement, Bertrand nous explique le montage et, comme le tissu n’est pas tout à fait prêt, nous le monterons demain !


Il est déjà 11 heures et j’ai affaire ailleurs. Je reviendrai ce soir….


Dimanche 5 juin – Première


17h30. J’arrive pour la fin du spectacle. Ce matin, tout s’est bien passé ! Nous avons pu monter le dais du tournoi sans trop de problèmes. Le couronnement est en cours : il faut encore attendre un peu.


Après le final, il faut tout ranger cette fois car nous ne jouons pas avant dimanche prochain. La campagne est déjà rangée par les « campagnards » tandis que les « gens de la ville » se changent dans la taverne. Ils ont sué tout l’après midi dans leurs costumes sous un soleil de plomb puis, à leur tour, ils rangent ou regroupent les accessoires. C’est bien, parce que ça nous fait gagner du temps. Les « nobles » ont aussi remis les accessoires dans le coffre. « Léonard » a depuis longtemps rangé ses œuvres au bon endroit, les « moines » se débrouillent de leur côté.


Le camion fait des tours et des tours pour charger le trône, les fauteuils, la paille, les caches enceintes, puis la sono… en dernier, encore plus lourde, car c’est la fin de la journée.


Un dernier tour pour les poubelles…. Et enfin… c’est fini. Nous allons vers la récompense : la troisième mi-temps de tous temps organisée par Olga et Mireille (ah ! la soupe champenoise….). On nous garde toujours quelque chose car nous sommes les derniers à sortir du parc… c’est sympa !


Il est 20h30 il faut rentrer… demain le train - train reprend… mais rendez-vous dimanche prochain pour de nouvelles aventures… Merci à tous !


PASCALE, accessoiriste et décoratrice à Leonardo (le 6 juin 2011)

  

Association Autour de Leonardo - 75, rue de la Barre - 95170 DEUIL LA BARRE - 0 953 835 008

SOUS-RUBRIQUES

Samedi 4 juin – Avant-Première

  

l est 8 heures et il commence déjà à faire chaud. Comme de coutume, je traverse le petit bois qui mène à la grande allée. Là, comme tous les jours de montage, j’ai rendez-vous avec mon ami l’écureuil. Oui, il est bien là. Il grimpe à un gros arbre, s’arrête quelques secondes pour me regarder, puis continue son ascension.